Prévention de la traite des êtres humains et de l’exploitation du travail

Pour télécharger le fichier pdf, cliquez ici.

Les impacts du COVID-19 augmentent les risques d’exploitation et de traite des réfugiés et migrants vénézuéliens, en particulier les plus vulnérables tels que les femmes, les enfants, les adolescents et les personnes LGBTI+.

Si vous êtes dans une situation d’exploitation ou connaissez quelqu’un qui pourrait l’être, voici où obtenir de l’aide :
Composez le 100 droits humains, dénonciation des violences faites aux femmes composez le 180.

Appeler le 100 ou le 180 
Ceux-ci travaillent 21 heures par jour de la semaine. Ils reçoivent des rapports sur des situations de violation des droits humains, de violence contre les femmes, de violence contre les garçons et les filles, ainsi que les adolescents et les personnes en général. C’est gratuit et c’est aussi disponible en espagnol.

Ministère public du travail (MPT)
Si vous soupçonnez des irrégularités du travail, vous pouvez déposer une plainte en ligne sur https://mpt.mp.br/ ou via l’application MPT Pardal, disponible pour les téléphones portables Android et IOS.
Ayez toujours avec vous les numéros des organisations de soutien !
Partagez des listes de contacts avec votre famille et vos amis !

Droits de l’homme Brésil
L’application est la plate-forme numérique qui reçoit les appels de 100 ou 180 et reçoit les plaintes et les demandes d’informations sur des sujets liés aux droits de l’homme.
Groupe de travail sur l’assistance et la protection des victimes de la traite des personnes
Plaintes ou soupçons de traite des personnes, contact : [email protected]

Bureau du Défenseur public fédéral (DPU)
Canal de signalement via le formulaire électronique :
https://www.dpu.def.br/observatorio-covid-19

Prévention de la traite des êtres humains et de l’exploitation par le travail des réfugiés et migrants vénézuéliens dans le contexte de COVID-19.

La traite des personnes est une infraction visant à l’exploitation sexuelle, au travail dans des conditions d’esclavage, de servitude, de prélèvement d’organes et d’adoption illégale d’enfants.

Tout le monde peut être victime de la traite : Hommes, femmes, enfants, adolescents et personnes LGBTI+.

Si vous êtes dans une situation similaire ou connaissez quelqu’un qui pourrait l’être, appelez le numéro 100 ou signalez-le via l’application DIREITOS HUMANOS BRASIL. C’est gratuit, anonyme et disponible en espagnol. Ayez toujours avec vous les numéros des organisations de soutien.

Dans un contexte d’urgence, avec des mesures de restriction des déplacements, les trafiquants en profitent pour attirer et exploiter des réfugiés et des migrants plus à risque, tels que les femmes, les enfants, les adolescents et les personnes LGBTI+.

Si vous décidez de migrer, emportez toujours avec vous les numéros des organisations d’assistance dans les pays de transit et de destination.

Les réfugiés, les réfugiés et les migrants travaillant dans le secteur informel peuvent être plus sensibles au Covid-19 en raison de mauvaises conditions de travail, sans mesures de protection suffisantes. De plus, avec la perte de revenus, elles sont plus vulnérables à l’exploitation et à la traite des personnes, notamment celles en situation irrégulière et précaire.

Avec la baisse des revenus familiaux, les trafiquants peuvent en profiter pour faire des offres d’achat ou de vente d’enfants et d’adolescents. Les parents doivent rester vigilants et signaler ce type de situation.

Les restrictions de mouvement actuelles n’empêchent pas la traite des êtres humains. Soyez prudent avec les offres d’emploi en ligne. Essayez d’obtenir autant d’informations que possible sur le travail et l’emplacement. Ne donnez pas votre passeport et vos documents personnels à quelqu’un d’autre ! Laissez l’emplacement et le numéro de téléphone de l’endroit où vous travaillerez avec votre famille. Restez en contact avec votre famille et vos amis.

Il s’agit d’une campagne du HCR en partenariat avec R4V, MPT, DPU et le ministère de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme.