Réfugié x Migrant

Bien que les termes «réfugié» et «migrant» puissent paraître similaires, ils ont des significations distinctes et les confondre peut avoir de graves conséquences pour la vie et la sécurité des réfugiés. Le HCR encourage les gens à différencier les termes afin de clarifier les causes et la nature des mouvements et de souligner les obligations envers les réfugiés. Le fait de traiter les deux définitions comme des synonymes supprime la protection juridique et les besoins spécifiques des réfugiés.

Réfugiés

Ce sont des personnes qui se trouvent hors de leur pays d’origine en raison de leurs craintes fondées de persécution pour des motifs de race, de religion, de nationalité, d’opinion politique ou d’appartenance à un groupe social particulier, ainsi que de violations graves et généralisées des droits de l’homme et de conflits armé.

C’est-à-dire les personnes qui ont été forcées de quitter leur pays parce que leur vie ou leur intégrité étaient en danger et qu’elles ne peuvent pas retourner dans leur pays d’origine car elles ne bénéficient pas de la protection de l’État. Ils bénéficient de la protection internationale de la Convention de 1951 sur les réfugiés, du Protocole de 1967 et de la Déclaration de Carthagène. Ils relèvent du mandat de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Au Brésil, la mise en œuvre de la protection des réfugiés est définie par la loi n ° 9.474 / 97.

Les réfugiés ont droit à une protection internationale spécifique, telle que définie par le droit international des réfugiés, ainsi qu’à une protection générale des droits de l’homme.

Migrants

Les déplacements volontaires à la recherche de meilleures conditions de vie peuvent retourner dans leur pays d’origine sans risque et bénéficier de la protection de l’État. Ils ne bénéficient pas d’une protection internationale spécifique, ils dépendent des lois et des processus internes de chaque pays. Au Brésil, la loi n ° 13 445/2017 énonce, entre autres, les droits et devoirs du migrant sur le territoire national.

Il n’existe pas de définition juridique acceptée sur le plan international du terme migrant. Ce groupe a donc droit à la protection générale des droits de l’homme, quel que soit son statut en matière d’immigration.

Comment les États peuvent-ils garantir la protection des réfugiés?

L’accès à la procédure de demande d’asile est universel et ne dépend pas de la démonstration préalable de preuves. Il incombe donc aux États de recevoir les demandes d’asile, d’écouter les demandeurs et de veiller à ce que le processus décisionnel soit juste et efficace. Les réfugiés ne doivent pas être expulsés ou renvoyés dans des situations où leur vie et leur liberté sont menacées. Refuser un refuge à ces personnes peut avoir de graves conséquences sur leur vie.

Les droits des réfugiés et des migrants sont-ils les mêmes?

Au Brésil, les deux groupes ont droit à l’éducation, à la santé et au travail. Cependant, seuls les réfugiés ont la garantie des documents de voyage, une protection internationale contre l’expulsion ou l’extradition et une flexibilité dans la présentation des documents du pays d’origine aux fins d’intégration locale, comme par exemple en facilitant la revalidation des diplômes.

Feedback

How can we improve this website? Please feel free to give us feedback if there is any information you believe is missing or could be wise to have on this website.

(Your privacy will be respected and the confidentiality of your answers will be maintained)