Le centre de référence pour les réfugiés et les migrants sera inauguré ce dimanche à Manaus

Le projet CARE rassemble les services du réseau public, des organisations internationales et de la société civile pour servir des personnes de différentes nationalités en situation de vulnérabilité

Manaus, le 14 décembre 2018 – Dimanche prochain (16 décembre), le projet CARE (Centre de soutien et de référence pour les réfugiés et les migrants) sera ouvert de 8 heures à 13 heures pour son inauguration officielle au Centre de développement de Manaus, Av. Maués 120 – Cachoeirinha. Tout au long de la matinée, 500 paniers d’aliments de base seront distribués aux familles vénézuéliennes vivant dans la ville, qui pourront également profiter d’ateliers gratuits sur les soins de santé et les graffitis avec l’artiste Raiz Campos.

Ce projet est une réalisation de l’ADRA Brésil régional Amazonas en partenariat avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), l’Union européenne et la ville de Manaus. Les services de CARE seront assurés par divers partenaires, tels que le Bureau du défenseur public, la téléconférence sans frontière, Cáritas Arquiodicesana de Manaus, la secrétaire municipale chargée de la condition féminine, de l’assistance sociale et de la citoyenneté (SEMMASC), le Département des droits de l’homme. Police fédérale, entre autres.

Les appels internationaux gratuits, des conseils juridiques, la planification des demandes d’hébergement, des consultations psychologiques, la traduction de programmes et les cours de portugais sont quelques-uns des services disponibles à CARE pour rencontrer, à compter du 17 décembre, la population de réfugiés et d’immigrés Manaus.

Selon la police fédérale, plus de 70 000 Vénézuéliens ont déjà demandé la reconnaissance du statut de réfugié au Brésil, dont 8 000 sont enregistrés à Manaus. On estime que 3 millions de Vénézuéliens ont déjà quitté leur pays d’origine depuis 2015. Au Brésil, les autorités rapportent l’arrivée de près de 200 000 Vénézuéliens en 2017 et 2018. Environ 100 000 sont partis, ce qui indique qu’environ rester dans le pays.

Art et Refuge

Dans le cadre d’une activité ouverte au public, demandeurs du statut de réfugié et manauaras participeront à des ateliers sur le graphite et avec l’artiste Raiz Campos. L’action collective donnera formes, couleurs et vie aux 210 mètres carrés situés à l’extérieur du mur du centre de référence. Tout au long de la matinée, les Vénézuéliens et les citoyens partageront leurs expériences pendant que se dérouleront les autres activités de CARE.

Une journée de santé et de beauté

Plusieurs experts se sont portés volontaires pour aider gratuitement les immigrants et les réfugiés lors de l’ouverture du projet. Parmi les services disponibles figurent les suivants: soins dentaires, consultations auprès de professionnels des soins infirmiers, soins cliniques, massage, conception des sourcils et coupe de cheveux.